Randonnée – Grand Bénare

Randonnée – Grand Bénare

 

Introduction :

En cette fin Septembre, j’ai eu le plaisir de faire une belle rando avec un collègue du boulot.
Départ du Maïdo jusqu’au Grand Bénare en suivant le crête qui donne sur le cirque de Mafate.

Cette rando est intégralement décrite sur ce site magnifique qui répertorie l’ensemble des randonnées de l’ile.
=> Maïdo – Grand Bénare sur Randopitons

 

Localisation du Grand Bénare :

 

 

C’est parti pour la randonnée au Grand Bénare :

Afin d’optimiser nos chances météorologiques, nous nous retrouvons au Maïdo pour un départ à 6h du matin.
Nous arrivons donc au moment même où le soleil se lève. Et la quel spectacle éblouissant! Une véritable mer de nuage submerge les cirques dont seuls émergent, magnifiques et titanesques, les principaux sommets de l’ile.

 

 

 

C’est donc la larme à l’oeil, ému par un paysage aussi somptueux que nous attaquons cette randonnée.
Néanmoins, c’est tout de même avec une certaine appréhension que j’observais la courbe nous menant au Grand Bénare… Et si les nuages s’élevaient? Nous emmenant l’inévitable pluie qui nous tremperait alors jusqu’au os et nous transirait de froid?

 

Mafate vue du Maïdo

 

 

Cette pente, lente et irrésistible qui nous emmenait jusqu’au troisième plus haut sommet de l’ile semblait sans fin…
Maintes fois je trébuchais, maintes fois je me relevais… Heu non, c’est dans la Bible ça…
Bref, maintes fois je m’arrêtais pour prendre quelques clichés afin d’immortaliser ces panoramas grandioses pendant que mon compagnon d’aventure faisait du footing.
Enfin, j’arrivais au sommet… Ghislain confortablement installé sur des rochers était entrain de m’attendre patiemment.
Les nuages, fort complaisants, avaient pris soin de se volatiliser afin de dévoiler sans complexe le spectacle qu’aime à offrir le cirque de Mafate aux randonneurs chevronnés (ça coute rien de s’envoyer des fleurs et ça fait un bien fou au moral, essayez donc!).

 

Vue sur Mafate du Grand Bénare

 

 

Mais le cirque de Mafate n’est pas le seul à nous donner le vertige, car à notre droite c’est le cirque de Cilaos qui s’offre à nos regards.
Pour la petite histoire, Cilaos dans le patois local s’appelle Tsilaosa ce qui signifie « le pays où l’on se sent en sécurité ». Par ailleurs, la route pour y accéder est surnommée la route aux 400 virages, non sans raisons…
La ville de Cilaos est jumelée avec Chamonix, et effectivement, quand on est dans le cirque on se croit vraiment dans les Alpes.
Au dessus du rempart du cirque, vous apercevez au loin le volcan : le Piton de la Fournaise.

 

 

 

Vraiment, le fait que les nuages se soient dissipés pour laisser une aussi belle visibilité, c’est que la Très Sainte Nouille était avec nous.
Entre les deux cirques, il y a le col du Taïbit qui fait la jonction entre le Grand Bénare et le massif du Piton des Neiges.

 

 

 

Lorsque l’ile de la Réunion était encore jeune, turbulente et joueuse, il y a seulement 3 millions d’années ( ce qui ne représente rien à l’échelle géologique, les dinosaures ayant disparu il y a 65 millions d’années, aucun ptérodactyle farceur n’a eu la joie d’y larguer un ces fameux guanos que l’on imagine visqueux et fort mal-odorant…) et bien le volcan était alors le Piton des Neiges qui, suite à une petite secousse sismique impliquant l’effondrement du dôme, a créé les trois cirques de l’ile. Autant dire que les hauts degrés de l’échelle de Richter ont du être largement mis à contribution…

Votre serviteur c’est donc fait prendre en photo… Une très belle photo qui montre les trois plus hauts sommets de l’ile.
A gauche le Piton des Neiges, à droite le Piton de la Fournaise, et la belle pancarte indiquant que je suis sur le Grand Bénare (non ce n’est pas photoshop, j’y étais vraiment).
Le nom de « Grand Bénare » lui viendrait du malgache « Benara » signifiant « où il fait très froid ». Il est vrai qu’à 2898m il ne fait pas toujours bien chaud…

 

 

 

Je ne pus m’empêcher de prendre une photo de ce mont solitaire qui presque tout les ans exhale ses relents méphitiques et magmatiques…

 

 

 

Alors, l’heure du retour sonna, et c’est bien malgré moi que je quittais ces hauteurs enchanteresses qui éblouissent les yeux et l’âme des curieux qui s’y aventurent.
Redescendant vers les nuages qui attendaient du côté de l’océan, je me retournais une dernière fois pour voir le col du Taïbit, que tous les coureurs du grand raid connaissent…
Au revoir les trois Salazes!

 

 

 

Ma conclusion sur la randonnée au Grand Bénare :

C’est une randonnée de 6h qui peut se révélée difficile si vous y aller non préparé. Prenez beaucoup d’eau et de forte protection contre le soleil.
Cependant, la vue est magnifique tout le long et la récompense finale est une vue imprenable sur le cirque de Cilaos, du sommet du Grand Bénare qui est le 3ème plus haut de l’ile.
A faire!