Turin – Palais Royal – Palazzo Reale

Turin – Palais Royal – Palazzo Reale

 

Introduction :

Arrivé hier à Turin,je m’étais précipité avec curiosité au Musée Egyptien.
Ce matin au réveil, c’est avec joie que je découvre la ville sous un voile de neige, mais hélas avec une grosse couverture nuageuse également.
J’ai donc privilégié les visites intérieures et ai commencé par le Palazzo Reale ( le Palais Royal) situé Piazza Castello ( Place du château).

 

Localisation du Palais Royal :

 

 

Le palais de l’extérieur ressemble à un classique grand bâtiment d’époque. Il est beau, mais rien de notablement royal. En un mot, c’est sobre.

 

Turin - Palais Royal - Palazzo Reale - Portail

 

 

Histoire du Palais Royal :

Commençons donc par explorer son histoire.
Tout d’abord, le Palais Royal était en fait un Palais Ducal, appartenant à la Maison des Ducs de Savoie.
L’idée de sa construction est lancée en 1563 par Emmanuel Philibert de Savoie qui, lors du transfert de la capitale du Duché de Chambéry à Turin, établit sa résidence dans le Palais de l’évêque qui occupe une position stratégique, surveillant les deux portes principales de la ville : La porte Palantine et la Porte Pretoria.
En 1984, son fils Charles Emmanuel 1er concrétise l’idée en confiant à l’architecte Ascanio Vittozi la construction d’un nouveau bâtiment, surtout dans le but d’accueillir la grande collection d’art, de taxidermies, de marbres et de meubles dont il hérite.
Il faudra attendre 1643, sous la régence de la Française Marie Christine de France, pour que les travaux soient assignés à Carlo di Castellamonte et ensuite à Carlo Morello. Par la même occasion, elle fit entreprendre la décoration des salons de parade du premier niveau, comportant de riches plafonds en bois entaillé et doré. Les murs ornés de grandes toiles allégoriques de Jean Miel et Charles Dauphin dont le thème était d’exalter les vertus du souverain.
En 1688, « Del Daniel » Seiter vient de Rome pour se dédier aux fresques de la galerie qui portera son nom.
A la fin du XVIIème siècle, la configuration du jardin est rénovée et agrandie par le prestigieux architecte français André le Notre.
En 1713, lors du couronnement de Victor-Amédée, celui-ci décide d’ajouter une annexe au palais appelée la « zona di comando » (la zone de commande). La réalisation en a été confiée à l’architecte Filippo Juvarra de Messine. Il réalisa le fameux « Scala delle Forbici » (escalier des ciseaux), ainsi que le cabinet chinois.
Sous le règne de Charles-Albert ( 1831-1849), Pelagio Palagi révisa certains appartements du second niveaux et des salles de l’étage Noble.
En 1862 le nouveau grand escalier d’honneur fut réalisé. Cependant, avec l’unification de l’Italie et le déplacement de la capitale à Florence, puis à Rome, le palais royal perdis sa fonction de résidence.
Depuis 1955, il est placé sous la « Soprintendenza per i Beni Architettonici e Paesaggistici » ( Surintendance pour les Biens Architectoniques et du Paysage).

 

Turin - Palais Royal - Palazzo Reale - Escalier d'honneur

 

 

Ma visite du Palais Royal :

Si l’extérieur n’a rien d’extraordinaire, l’intérieur nous dévoile une très belle demeure, spacieuse, avec de belles salles bien décorées et surtout avec des thèmes marqués. D’ailleurs ma compagne, Singapourienne, a noté la qualité des décorations et des détails du cabinet chinois.
Quand on entre, on arrive immédiatement sur l’escalier d’honneur. Énorme et magnifique sont les deux premiers mots qui viennent à l’esprit. De très grandes fresques murales, des statues, et surtout un plafond fabuleux. Une pièce qui pose l’ambiance.

 

Turin - Palais Royal - Palazzo Reale - Plafond

 

 

Par contre, il y a une chose qui m’a vraiment déçu. Très souvent dans les musées, les châteaux et les monuments historiques, il est demandé de ne pas utiliser le flash afin de ne pas altérer les tapisseries, tableaux, et autres éléments photo-sensibles, ce qui se comprend tout à fait et si je le pouvais je châtierai avec délectation les enfoirées les irrévérencieux qui ne le respectent pas.
Ici? C’est interdit. On ne peut pas prendre de photo à partir du moment où on monte à l’étage et qu’on entre dans les salles.
Pourquoi? Je ne me l’explique pas. Mais j’ai été très déçu et c’est peu de le redire.
Il y a des peintures superbes dont une sur le thème du « Jugement de Salomon » que j’ai reconnu au premier coup d’oeil. Un magnifique tableau mural qui doit faire dans les 4 par 10.

Par contre, la pièce la plus incroyable qui mérite la visite du palais à elle seule : la salle d’arme.
Je suis un amateur d’armes et armures d’époque médiévale mais la, s’étalant devant mes yeux écarquillés, la plus incroyable collection d’armures de parade et de combat, d’armes d’hast, d’armes à une ou deux mains, contondantes, tranchantes ou perforantes qu’il m’a été donné de voir… Et comme si cette étalage ne suffisait pas, des chevaux magnifiquement naturalisés portant armures de guerre ou de tournois tenaient compagnie aux mannequins de chevaliers. Quel spectacle! Toutes sont magnifiquement ouvragés et terriblement fonctionnelles, même les armures pour enfant.
Par contre, et ce fut vraiment une chance, il y avait ce jour la des étudiants en art qui faisaient des croquis de ses armements mais aussi prenaient des photos. J’ai donc pris la liberté de sortir mon appareil et c’est avec un authentique sentiment de culpabilité (quand on est habitué à suivre les règles, c’est toujours difficile d’y déroger) que j’ai pris quelques clichés de cette collection qui mérite le coup d’oeil et la visite.
Plus loin, la galerie devient bien plus moderne car on y trouve pistolets, fusils et mitraillettes.

 

Turin - Palais Royal - Palazzo Reale - Armurerie

 

 

Ma conclusion sur le Palais Royal :

La Palais Royal de Turin est très beau, les salles admirablement conservées et l’armurerie mérite à elle seule la visite, voir le déplacement.
J’ai vraiment aimé l’endroit qui se visite assez vite (comptez 1h30 tout au plus) même en prenant le temps de lire les panneaux d’informations qui ont la remarquable particularité d’être rédigé en de nombreuses langues.
Par contre ne faite pas comme nous, visitez le Palazzo Madama (le Palais Madame) avant.