Istana – La Maison du Président de Singapour

Istana – La Maison du Président de Singapour

 

Introduction :

A Singapour, la résidence officielle du président s’appelle Istana, ce qui signifie « Palais » en Malais.
Pendant mon voyage à Singapour, j’ai eu la chance d’être présent lors d’une des rares journées « portes-ouvertes ».
C’est ainsi que ma copine, Singapourienne de son état, c’est fait un plaisir de me faire visiter le jardin et le Palais.
Vous vous en doutez, je ne vous raconte pas tout ça par hasard, laissez moi déflorer avec vous cet endroit insolite, cet écrin de verdure situé en plein coeur de la cité du Lion.

 

Localisation d’Istana :

 

 

Histoire d’Istana :

C’est tout une histoire qui entoure ce palais, et c’est donc par la que je vais commencer.
De 1867 à 1869 Istana est construit sur ordre de Sir Harry Saint George Ord, le premier gouverneur colonial de Singapour. Nommé alors « la Maison du Gouvernement ».
De 1942 à 1945, lors de l’invasion Japonaise le Maréchal Cunt Terauchi et le Général Kawamura l’occupèrent.
Ce n’est qu’en 1959, lorsque Singapour devient indépendant que la bâtisse prit le nom d’Istana.
Enfin, de 1996 à 1998 le Palais a eu droit à d’importantes rénovations afin d’ajouter de l’espace et d’y installer tout le confort moderne.

Dans les faits, le président n’y habite pas et ni lui ni le premier ministre n’y travaillent.
Leurs bureaux sont situés dans une annexe.

 

Ma Visite d’Istana :

Lorsque l’on arrive devant l’entrée, la rigueur Singapourienne prend tout son sens. L’entrée est balisée par deux cordes et pour organiser la queue un simple marquage au sol est indiqué. Vous savez, ce genre de marquage au sol qu’un occidental ne remarquerai même pas ou, au mieux, se demanderai pourquoi il y a des lignes tout en les coupants pour s’agglutiner convivialement (ou pas) tous ensemble dans la même direction. Et bien non, l’oriental suis scrupuleusement la ligne, faisant les tours et détours de manière bien ordonnée. Le pire dans tout ça, c’est que du coup la queue est fluide, le temps d’attente raisonnable et l’énervement totalement absent…

 

Istana - Entrée

 

 

Pour franchir l’entrée, les Singapouriens et les détenteurs d’un permit de séjour permanent font un sourire. Les autres devront s’acquitter d’un droit d’entrée de… 1S$. Un prix symbolique pour visiter ce lieu symbolique.
D’ailleurs, en parlant de symbole, dès le portail d’entrée, on peut voir une très belle emblème arborant un lion, le croissant de lune et les 5 étoiles du drapeau national ainsi que le titre de l’hymne national « Majulah Singapura ».

 

Istana - Porte

 

 

La première impression qui saute aux yeux lorsque l’on pénètre dans le jardin c’est l’immensité. Il s’agit en fait d’un parc (d’environ 3km²), constitué d’un parcours de golf de 9 troues et d’un ensemble de jardins…

 

Istana - Jardin

 

 

Dans le parc on peut aussi croiser « Sri Temasek » qui est une maison typique du 19ème siècle, et qui servait à l’origine de maison de ministre.

 

Istana - Sri Temasek

 

 

On peut également passer devant « la Villa« , construite en 1908 qui lors de l’indépendance servait à accueillir les invités de marque.

 

Istana - Villa

 

 

Coup de chance? Non, j’ai simplement jouit d’un contexte favorable pour voir le président actuel, Monsieur Tony Tan Keng Yam, élu le 1er Septembre 2011.
Je serais bien allé lui présenter le respect du peuple français, mais il écoutait une symphonie jouée par un orchestre… En tant qu’homme de bon gout, je ne pouvais le déranger à un tel instant. Hélas, je n’ai pas eu le plaisir de le recroiser ensuite.
Il s’agit de l’homme assis à gauche, vêtu d’une chemise rouge et portant des lunettes.

 

Istana - Président

 

 

Alors s’il y a bien une chose qui diffère entre les étudiants français et ceux de Singapour, c’est la relation vis à vis de l’école et des études.
La où l’étudiant français se moque généralement plutôt royalement de l’école où il est si ce n’est pour certain que ça va être la classe sur leur CV, le singapourien est fier de faire parti de son école et s’il le peut il conservera son uniforme lors des sorties du WE. Et alors la grande classe, c’est de se faire photographier dans des endroits comme Istana avec l’uniforme et les copains de promo. Vous ne voyez pas l’intérêt? C’est normal, vous êtes français… Pour ma part, j’ai trouvé ça amusant et inutile, mais c’est normal je suis français aussi. On part tous avec un handicap de départ. Peut-être même pensez-vous qu’ils ont le syndrome de premier de la classe, vous savez bien, celui qui vous regarde d’un air hautain, parce que vous êtes une sous-merde indigne d’être dans sa promo, tout en relevant ses cheveux gras et pelliculés qui tombaient devant ses lunettes (qui parle de stéréotype?). Et bien vous avez tord… Car ici, avec le culte à l’élitisme omniprésent, tout le monde veut être premier de la classe, et ce sont les rares qui ne veulent pas l’être qui réajustent leurs lunettes sous les cheveux gras et pelliculés.

 

Istana - Etudiants

 

 

Enfin, voilà Istana, le Palais Présidentiel qui finalement ne sert aujourd’hui que pour les réceptions de haut-vols, les passations de pouvoir et les cérémonies.
Le moins que l’on puisse dire c’est que le Palais est massif… Un parfait exemple du style colonial britannique en vigueur à l’époque de la compagnie des Indes.
Je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations sur son architecture, mais il comporte 3 étages pour une hauteur de 28m.
Il était ouvert à la visite, chose dont je ne me suis pas privé. L’accès étant limité à une salle de réception et deux salles réservées aux cadeaux diplomatiques reçus des autres pays. Une fraction du rez-de-chaussée donc. Interdiction de prendre des photos (je vais finir par m’acheter un téléphone qui fait des photos, car ceux-ci crépitaient dans tous les sens…), du coup je n’ai rien à vous faire partager. A quand l’USB 6 intracrânien pour uploader les clichés mémoriels en UHDD (Ultra Haute Définition qui Déchire)?
Cependant les cadeaux diplomatiques sont vraiment de belles pièces de collection. Elles peuvent être tout aussi bien créées pour l’évènement comme anciennes et sorties tout droit d’un musée national. C’est fort intéressant et reflète généralement la culture du pays donateur.

 

Istana - Palais

 

 

Poursuivant la traversée des jardins, on peut descendre dans une jolie petite enclave avec un bassin au bout du quel on tombe nez à nez avec une bien belle statue de la Reine Victoria, offerte par le peuple Singapourien en 1889 au Gouverneur Sir Cecil Smith, en hommage à leur loyauté envers la Couronne et leur gratitude.
Jusqu’en 1960 cette statue était placée dans une alcôve de la Chambre d’Etat et a alors été déplacée dans différents lieux jusqu’à être restaurée en 1995 par un conservateur spécialiste du Victoria & Albert Museum de Londres.

 

Istana - Reine

 

 

Enfin nous ressortons d’Istana et tombons face à face à un monument national mettant à l’honneur les couleurs et le drapeau de Singapour. C’est donc sur cette vision que le président et le premier ministre quittent le lieu de leur travail après une journée vouée à l’accomplissement de leur devoir.

 

Istana - Drapeaux

 

 

Ma conclusion sur Istana :

Ce palais est un endroit intéressant à visiter. Sans être incontournable, il est néanmoins agréable de se promener dans ce parc parfaitement entretenu, et situé en plein coeur de la mégalopole. Istana est un très bel ouvrage qui a presque un siècle et demi et pourtant parait comme neuf. Si vous êtes curieux et tombez au bon moment, n’hésitez pas à y faire un tour même si la queue est longue et que l’essentiel des touristes qui y vont sont des Singapouriens avec tout le nécessaire de pique-nique.